Intelligence Artificielle

Par Jean-Claude Heudin

Un moteur émotionnel bio-inspiré

« A Bio-inspired Emotion Engine in the Living Joconde », communication de Jean-Claude Heudin à la conférence internationale VRIC de Laval Virtual en avril 2015.
Comme la structure générale du living art le montre, le cœur du développement de la Living Joconde réside dans son moteur de comportement. S’agissant d’un personnage devant fonctionner avec des personnes, la crédibilité de ce comportement sur le plan sensible et sa capacité à pouvoir montrer des évolutions subtiles, relève de la première importance. Notamment dans la mesure où il s’incarnera dans un bijou ayant vocation à traverser les décennies.
C’est pourquoi la réalisation de ce moteur de comportement fait l’objet d’une attention particulière. Il sera le siège d’une part importante des innovations logicielles de la Living Joconde.
Le moteur de comportement de la Living Joconde est basé sur un système à trois couches :
  • l’Emotion ;
  • le Mood ;
  • la Personnalité.
Ce mécanisme permet de gérer un comportement cohérent dans le temps, mais pouvant s’adapter aux situations qui surviennent et avoir y compris des réactions très spécifiques pour des situations exceptionnelles. Ce qui est attendu, pour pouvoir donner de la finesse autant que de la crédibilité au fonctionnement de la Living Joconde.
image-14
image-16

Emotions

Les émotions sont ce qui provoque les réactions immédiates du personnage. Elles sont des manifestations d’affects à intensité moyenne et forte, en général provoquées par quelque chose qui surgit dans l’environnement immédiat. Dans notre cas, ce surgissement peut également venir de « l’intérieur », à savoir un événement majeur remontant par le réseau des multiples Living Joconde vers le noyau, et redescendant vers ses différentes formes.
Une fois exprimées, ces émotions ont vocation à diminuer, pour rejoindre une position « attracteur », considérée comme un état de repos.
Les émotions sont gouvernées par deux grands types de facteurs.
Le premier facteur peut être appelé l’Energie. Il est le résultat du jeu de facteurs internes au dispositif, qui représentent des états tels que la faim, la soif ou la fatigue.
Le second peut être appelé la Souffrance (ou Peur). Il est quant à lui plutôt soumis à des facteurs externes, des événements désagréables et inattendus par exemple.
Ces deux facteurs peuvent avoir aussi bien des valeurs négatives que positives. Ils jouent un rôle direct dans l’activité du moteur d’expression qu’ils impacteront « superficiellement », mais leur effet se transfère ensuite sur le Mood dont ils font varier les trois neurotransmetteurs. Ils peuvent également avoir une influence sur l’évolution à long terme de la Personnalité.
image-40

Mood

Le Mood est l’humeur générale du personnage, pour une période donnée (de quelques dizaines de minutes à quelques jours). Cette humeur colorera le fonctionnement de ses émotions, et donc de ses réactions aux événements qui surgissent.
Le Mood est piloté par un système de 3 neurotransmetteurs virtuels :
  • La Dopamine, qui est liée à la fonction de plaisir ;
  • La Norépinephrine, qui est un controlleur du stress ;
  • La sérotonine, qui est associée à la mémoire.
Les valeurs de ces trois neurotransmetteurs constituent les axes d’un Cube de Lövheim.
image-32
La variation de leur valeur permet de déterminer différentes humeurs, que sont :
  • La joie ;
  • L’intérêt ;
  • La surprise ;
  • La colère ;
  • Le dégout ;
  • La détresse ;
  • La peur ;
  • La honte.
Les humeurs de la Living Joconde sont donc définies par un mécanisme complexe et subtil, tenant compte d’éléments que le public eut percevoir immédiatement, mais également par d’autres qu’il lui faudra apprendre à identifier dans une relation à long terme.

Personnalité

La personnalité de la Living Joconde est quant à elle définie par des paramètres déterminés sur la structure des « Big 5 ».
Ces cinq aspects de la personnalité sont :
  • Openness, qui caractérise l’ouverture d’esprit, la capacité à s’ouvrir à l’imprévu et au changement ;
  • Conscientiousness, qui défini le sens de l’autodiscipline et donne de la stabilité ;
  • Extraversion, qui tend à communiquer spontanément ;
  • Agreeableness, qui caractérise l’empathie et la générosité ;
  • Neuroticism, qui définit l’instabilité et la tendance névrotique.
Ces variables ont un état initial, qui évolura lentement tout au long de la vie de la Living Joconde. Le noyau pourra être soumis à ces variations, mais tendra à revenir vers la position initiale, alors que les bijoux verront leur personnalité conserver les effets produits sur leur personnalité.

Technologies biomimétiques

Ces développements sont réalisés notamment avec une programmation de type biomimétique, incluant les réseaux de neurones.
Ce mode de fonctionnement se trouve être très éloigné de ce que l’on observe en général dans les objectés connectés, qui fonctionnent plutôt dans des systèmes d’action-réaction direct. Ce qui répond à leur fonction actuelle, qui est globalement d’offrir des services à la commande, ou de fournir des informations de flux (heure, données physiologiques…).
L’innovation réalisée dans la structure comportementale de la Living Joconde lui permet de définir principalement par elle-même ce qu’elle exprime, tout en montrant qu’elle a une perception de ce qui l’entoure et qu’elle « vit » bien ici et maintenant avec les personnes qu’elle côtoie. La mise au point d’une telle programmation demande cependant une assez longue période d’élaboration et de réglage. Elle donnera probablement l’occasion de réinterroger les modèles théoriques envisagés, afin de les spécifier pour ce projet.
image-42